L’impératrice Eugénie. L’obsession de l’Honneur, de Raphaël Dargent

Felix José Hernández

Paris le 2  janvier 2017.

Un grand livre. L’écriture passionnée de la plume exceptionnelle de Raphaël Dargent nous fait partager l’ambition et l’audace de son héroïne.

 Près d’un siècle après sa mort, Eugénie de Guzman, dernière souveraine des Français, reste largement une inconnue. Fille d’un officier espagnol rallié au Premier empire, élevée au rang d’impératrice des Français par le vœu de Louis-Napoléon Bonaparte, celle dont chacun loua en son temps la grâce autant que le fort caractère mérite mieux que le portrait réducteur, hostile par principe ou exagérément flatteur, qu’ont tracé d’elle ses nombreux adversaires ou ses rares partisans.  Soucieuse de bien jouer son rôle d’impératrice, elle ambitionna comme souveraine de se hisser au niveau de Blanche de Castille et d’Anne d’Autriche. Mais en véritable héroïne de théâtre, elle ne put échapper à une destinée fatale marquée par l’effondrement du Second Empire, puis par la disparition de son mari et de son fils. Femme de courage et femme d’honneur, elle s’affirma alors dans le malheur et l’oubli autant qu’elle l’avait fait dans le bonheur et la lumière. Ultime représentante d’un passé révolu de fastes et de grandeurs, elle incarne encore la majesté tragique. 

 Raphaël Dargent est l’auteur de nombreuses biographies, parmi lesquelles Napoléon III. L’Empereur du peuple (2009), Marie-Antoinette. Le procès de la Reine (2012) et Anne d’Autriche. L’absolutisme précaire (2015).   

 L’impératrice Eugénie. L’obsession de l’Honneur. Raphaël Dargent. Collection : Portraits. 520 pages. 14x22 cm. Broché collé. 24.5 €.    ISBN : 978-2-7011-9727-2.

La collection "Portraits"- dirigée  par Thierry Satrmant-, offre une série de biographies accessibles et vivantes des grandes figures de l'histoire. Chaque titre insiste sur l'apport du personnage à son époque et se livre à une analyse fouillée de sa personnalité comme de son action. Correspondances privées, mémoires, journaux intimes, oeuvres littéraires font revivre ces femmes et ces hommes qui ont marqué l'histoire de leur empreinte.

Félix José Hernández.